Hana Rached

01 septembre 2017 - 67 vues

 

Hana Rached (???? ????), née en 1933 à Tunis et décédée le 8 août 2003 à New York, est une chanteuse tunisienne.

Biographie

Elle est issue d'une grande famille d'artistes vivant dans le quartier tunisois de Lafayette. Sa mère Flifla Chamia est une grande artiste, chanteuse et danseuse, qui avait joué dans le premier film tourné en Tunisie, Le Fou de Kairouan (1937) de Jean-André Kreuzi. Ses tantes, Ratiba Chamia et Bahia Chamia chantaient également et, parmi ses parents, on compte aussi les musiciens Henri Saadoun et Raoul El Masri.

Dotée d'une belle voix, elle se produit dans les fêtes familiales et réussit difficilement à convaincre sa mère de lui permettre d'intégrer le milieu artistique. Elle fait sa première apparition en public le 26 mai 1951. Mohamed Maghrebi dit d'elle qu'« elle se distingue par la beauté de son timbre et l'émotion de sa voix et surtout la force et la hauteur de ses cordes vocales, des qualités qui lui valent une appréciation unanime ».

Après que le poète Ahmed Kheireddine et les compositeurs Sayed Chatta et Mohamed Triki lui aient composé des chansons, elle devient une véritable diva. Elle compose tout de même certains de ses titres qui se révèlent aussi être de grands succès.

Mais, Rached n'a pas cherché à enregistrer ses succès ou à gérer sa carrière. Lorsque l'occasion de partir pour New York s'est présentée, elle l'a saisie. Elle a ensuite continué à chanter mais pas avec le même succès qu'auparavant. En 1993, à l'occasion du Festival de la chanson tunisienne, elle revient à Tunis et découvre que son public ne l'a pas oubliée.

Répertoire

Il n'est pas aisé de reconstituer le répertoire de Hana Rached. Le grand public se rappelle cependant certains de ses grands succès :

Références

Sources

  • Tahar Melligi, « Les immortels de la chanson tunisienne : Hana Rached, une voix d'or », La Presse de Tunisie, 17 décembre 2007
  • Tahar Melligi, « Comment j'ai connu Hana Rached », Sabah Al Khair, 14 novembre 1996

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article